C’EST D’ACTUALITE                                                     JUIN 2017             ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ Aztec Hotel Au musée du quai Branly-Jacques Chirac du 20 juin au 10 août 2017 LES IMPOSANTES forteresses précolombiennes édifiées aux portes de l’Amazonie sud-équatorienne intriguent les chercheurs depuis les années 1970. Par qui ont-elles été construites, par crainte de qui ou de quoi ? Sont-elles rattachées aux tensions entre Jivaros et populations andines, Incas par exemple ? Catherine Lara vient d’étudier les milliers de tessons qu’elle a mis au jour en association avec ces forteresses. Sa thèse s’est appuyée sur l’approche technologique : méthode d’analyse développée en France par Valentine Roux et totalement inédite au nord-ouest de l’Amérique du Sud. Cet outil invite les archéologues à aller au-delà des formes et des décors d’un objet afin d’en définir la provenance. C’est ainsi qu’il a été possible de résoudre l’énigme des bâtisseurs de forteresses de l’Amazonie sud-équatorienne. La thèse de Catherine Lara (en espagnol) est en ligne via le lien suivant : André Delpuech, nouveau Directeur du Musée de l’Homme Depuis le 10 avril 2017, André Delpuech, 57 ans,  assure la direction  du musée de l’homme,  l’un des sites parisiens du muséum national d’histoire naturelle (MNHN). Au sein de la nouvelle direction regroupant l’ensemble des Musées-Jardins-Zoos du Muséum, André Delpuech élabore le projet scientifique et culturel de l’établissement, conçoit les actions de médiation et de diffusion et organise leur mise en oeuvre, à la tête des équipes du site. Il est chargé de promouvoir le Musée de l’Homme auprès des opérateurs scientifiques et culturels, sur les plans national et international, une mission en cohérence avec sa formation universitaire, son parcours professionnel, ses centres d’intérêts et ses travaux. Conservateur général du patrimoine, il était depuis 2005 responsable des collections Amériques au musée du quai Branly-Jacques Chirac. Un nouveau défi pour André Delpuech : il va désormais s’attacher à faire vivre et rayonner ce musée atypique qui a su se réinventer et a ouvert une nouvelle page de son histoire, en octobre 2015.  http://www.archaeopress.com/Public/displayProductDetail.asp?id={434C8EB4-7289-4FFE-BA71-D9CE80CB27AB} De l’intérêt d’étudier la chaîne opératoire  des céramiques précolombiennes André Delpuech était précédemment responsable des collections des Amériques au musée du Quai Branly Jacques Chirac L'exposition Aztec Hotel célèbre la puissance inspiratrice de l’archéologie et la fascination pour les cultures englouties. En quête des origines de son existence, l’homme contemple avec émerveillement la grandeur et la décadence des civilisations, et puise dans son imagination pour recréer en pensée la splendeur des palais et des temples. Ainsi, dans les débuts de l’archéologie méso-américaine, la découverte de villes mystérieuses enfouies sous les lianes et la végétation tropicale a nourri l’imagination de l’Occident. Bien que souvent scientifiquement incorrects, les documents historiques présentés en Atelier Martine Aublet sont l’expression de la passion et de la créativité éveillées au XXe siècle par un désir de redonner vie à la culture méso-américaine. Le mercredi 21 septembre prochain, la maison de vente Millon dispersera à l’Hôtel Drouot les œuvres et objets d’art précolombien provenant du grand collectionneur français Gérald Berjonneau, ainsi que la collection historique de son beau-père, Alvaro Guillot-Muñoz (1897-1971). Les 120 objets sélectionnés retracent l’histoire d’une collection familiale, constituée par deux générations d’hommes, animés par une passion commune pour les cultures sud-américaines. Initié dans les années 1930 par le diplomate uruguayen Alvaro Guillot-Muñoz, cet ensemble fut transmis en 1971 à sa fille Julieta Guillot-Muñoz et à son gendre Gérald Berjonneau, qui continuera de l’enrichir jusque dans les années 2000. Cette collection rassemble des objets rituels et usuels exceptionnels provenant des cultures millénaires du Mexique, du Guatemala, du Costa Rica, d’Equateur, de Colombie et du Pérou. Estimée à 1 500 000 / 2 000 000 €, la collection Berjonneau-Muñoz est considérée comme l’une des plus belles connue à ce jour en France. Cette vacation, à la provenance prestigieuse, est attendue sur le marché de l’Art comme l’un des grands rendez-vous de la rentrée, tant les noms de ces deux hommes sont synonymes de qualité, de diversité et d’excellence dans le domaine des arts préhispaniques.         Vente de la collection Berjonneau - Muñoz              Par la maison Millon, le 21 septembre prochain à 18h, Drouot, Salle 9     GRAND RENDEZ-VOUS EXPOSITION NOMINATION EN LIGNE Gérard Berjonneau  répond à nos questions dans le chapitre collectionneurs : http://collectionneurs.lemondeprecolombien.com/